Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA COLOMBIERE

LA COLOMBIERE

ou l'Art de s'emmêler les pinceaux entre Atelier et Vie de famille

Les délices de la vie à la campagne...

Notre maison a une vingtaine d'années, elle a été l'une des première à se construire dans le premier lotissement du village, entre le cimetière et l'église, en dessous de l'école et de la mairie. Le rêve de carte postale, semblait-il.

En plus des quinze autres baraques qui ont vu le jour, depuis, on a eu la belle initiative de construire un "skate park", prononcez le avec l'accent du coin, tant qu'à faire, et aussi plusieurs autres maisons, et surtout plein d'immeubles.

Oh, vous savez ? ces jolis petits immeubles pas très hauts qui prennent des couleurs de campagne pour mieux s'intégrer dans le paysage ! sauf que les jolis appart' en question eux, donnent sur... le foyer rural du coin.

Alors, qu'est ce qu'un foyer rural me direz vous ? au début, y'a quarante ans en arrière, c'était gentil, ça servait à réunir les enfants pour le catéchisme et puis aussi à animer le ptit village pour faire le bal du printemps et la fête des moissons... d'ailleurs ce sont les anciens qui l'ont construit, à la brouette siou plaît et à la pelleeeeeuuuuuuuuu.

Du coup, intouchable, le boui boui, indélogeable, l'asso qui gère tout ce bordel depuis des lustres.

Vous vous en foutez à ce stade et vous avez déjà décroché ? tant mieux, je parle que pour moi toutes manières.

Tout ça pour dire que, le boucan ici, c'est récurrent, c'est normal, ça fait partie du paysage. On a pas hésité, à la municipalité, à vendre toujours plus de parcelles pour empocher les taxes et les impôts qui vont avec, mais on a jamais rien dit du point de vue bordel et compagnie.

Et tout ce que trouve à dire tout le monde, c'est : "ben t'as qu'à pas habiter là !"

Na d'abord.

Et pis aussi, le sempiternel "je fais ce que je veux ! et je t'....." ben oui, on est à la campagne, alors la merde, ça nous connaît.

Il y a aussi sur la commune une zolie boite de nuit qui fout le bordel toute l'année, nuit après nuit, tout le monde en souffre, personne ne fait rien, sauf de dire à son voisin : "si le skate park t'ennuie, je te l'échange contre la boîte de nuit, moi je la supporte tant bien que mal, mais je dis rien parce que je veux pas passer pour une vieille sorcière emmerdeuse comme toi".

Ok, le paysage est planté.

C'est vrai que, se plaindre à 13 heures le dimanche quand vous essayez de déjeuner dans votre jardin que vous avez pas encore fini de rembourser vu le prix du mètre carré dans ce village à la con, et qu'une bande de gamins mal élevés débarque au skate park non pas pour se contenter de jouer au ballon, finalité première d'un terrain de jeu, non non non, mais pour le transformer en plate forme de concert en plein air "que c'est même pas trop fort lorsque ça couvre le bruit de la télévision dans le salon",

oui effectivement, c'est se comporter en vieille conne aigrie qui ne supporte rien.

Sauf que, c'est tous les jours, du matin au soir, du soir au matin, dans l'indifférence générale, et chaque groupe qui passe de vous répondre "ah mais c'est pas de ma faute !".

Un père de famille nombreuse charmante et parfaitement bien éduquée, française de surcroît, je vous vois venir les zozos, non ce ne sont pas forcément les étrangers qui foutent le bordel à la campagne, car ils ont encore un peu peur de s'y installer, les coups de fusils, ça part facile, m'a sorti la réplique du siècle : "si ce n'était pas des enfants vous n'oseriez pas vous en prendre à eux".

Le parfait con en somme.

Parce que, à la campagne, surtout quand vous avez un skate park sous vos fenêtres, la nuit, il s'en passe des belles... j'ai raté ma vocation en somme.

Et par contre, les grandes gueules, fermez là, je suis pas une balance, et malgré les demandes répétées des flics qui voudraient bien que je leur serve des plaques d'immat sur un plateau, j'ai toujours refusé, z'ont qu'à faire le boulot tous seuls.

Vous n'avez aucune idée, Monsieur le bon père de famille pas foutu de faire respecter les lois à votre marmaille sous prétexte qu'elles sont injustes et que vot' fils, fait jamais rien de répréhensible, voire même n'a jamais mis les pieds ici (ben voyons), de ce que j'ai eu à faire la nuit pour réclamer du silence. Ben oui, il paraît que je ne sais m'en prendre qu'aux enfants, que si c'était des adultes, je fermerai ma grande gueule.

C'est vrai que c'est mieux, de fermer sa gueule quand les enfants font ça :

Les gamines de 14 ans complètement ivres, roulées par terre à rire aux éclats pendant que leurs potes bavent à l'idée qu'elles puissent poser leur culotte...

Les gamins de 17 ans qui traînent dans la rue en braillant à 2 heures du matin parce qu'ils viennent de fêter l'anniversaire d'un d'entre eux et pis que c'est les VACANCES, alors ils ont le droit de faire du bruit autant qu'ils veulent !!!! ceci dit, c'est marrant, c'est jamais chez leurs vieux qu'ils foutent le bordel, c'est toujours ailleurs....

Les concours de saut d'obstacle en scoot et autres moto cross (à la campagne, le scoot, c'est ringard, et le must, c'est le quad, merci papa, merci maman !) le dimanche tout l'après midi, et le soir à partir de 21 heures, c'est méga cool, du moment que c'est pas dans LEUR jardin...

Les filles de 16 ans en plein mois de décembre à 23 heures qui discutent pendant des heures de leur peine de coeur (et qui au passage racontent tout de leurs exploits sexuels, je me demande ce qu'en penseraient leurs parents bien pensants) sur le banc juste sous les fenêtres de mes enfants qui essayent désespérement de dormir un peu avant d'aller à l'école et qui vous disent qu'elles en ont rien à foutre et qu'elles font se qu'elles veulent...

Le nombre d'aller retour pour leur faire comprendre que, malgré les 12 000 balles investis dans des fenêtres triple vitrage pour résister à tout ça, les baffles connectées au téléphone portable posées à même le sol, vu la configuration des lieux, c'est infernal en terme de bruit, puisque les sons résonnent sur les murs des bâtiments pour venir frapper de plein fouet chez moi, et que, non je ne suis pas collée à ma fenêtre à les observer, j'ai autre chose à foutre de plus intéressant, mais que là, c'est juste que j'ai dû monter le son de ma télé et que, malgré ça, je n'entends toujours pas ma télé, et que c'est UNIQUEMENT pour ça que je me permets de venir les faire CHIER...

Je vous rassure, les juniors ne sont pas en reste !

Les parties de pétanque qui commencent à 22 heures et se terminent à 3 heures du mat' à la frontale...

Les voitures qui éclairent plein phare les panneaux de basket pour qu'on puisse terminer les match à 1 heures du matin, le tout avec la sono à fond les gaz, c'est mieux pour l'ambiance...

Hein, le monsieur bon père de famille ? Les sorties de boîte vous dérangent mais vous n'osez rien aller dire parce que vous avez peur qu'on vous casse la gueule ? et bien elles finissent sous mes fenêtres, les sorties de boîte, où les mecs ont garé leurs voitures pour échapper aux contrôles des flics sur le parking, ils montent le chemin tous plus ivres les uns que les autres, et se remettent à danser avec du reggae et autre musique débile à 5 heures du mat', sans rien comprendre quand on leur arrive dessus en demandant du calme. Bon, là, dans ces cas là, c'est pas qu'ils sont obtus, bas de plafond ou autre, non, c'est qu'ils sont bourrés, c'est encore un autre cas de figure. Mais moi j'y vais les voir, j'ai pas peur d'eux parce que je veux DORMIR !

Les voitures aux vitres fumées, des caisses que j'aurai jamais les moyens de me payer même si je me mettais à mutualiser avec tous les voisins, des gars que je ne fais qu'observer derrière ma haie parce qu'ils me fichent la trouille bien comme il faut et qui parlent d'aller "faire le plein à Genève parce que là, jchuis à sec j'en ai plus", ou bien qui montent la garde pendant que des voitures des gamins du coin font le défilé sans jamais couper le moteur, juste le temps de se passer des petits cadeaux par les fenêtres... sauf que là, je suis pas folle, j'y vais pas, je veux pas MOURIR. Mais je suis pas restée dans mon lit à me planquer sous la couette, je l'ai observé le danger, analysé et classifié.

Mais ça n'existe pas tout ça, paraît que je suis.... ah oui, un mot difficile à écrire : PARANOIAQUE... Une voisine bien comme il faut m'a même demandée :"mais enfin Isa, t'as jamais été jeune ? il faut bien qu'ils s'amusent, tu veux qu'ils aillent où ?".

Et vous les vieux, si vous avez eu le courage de me lire jusqu'ici en opinant du chef et en disant "ah ben c'est ben vrai tout ça, plus de respect, ah, la jeunesse d'aujourd'hui, d'mon temps !", et ben je vous emmerde aussi, malgré le respect que je vous dois, parce que vous aussi vous me pourrissez la vie !

Si vous avez suivi, j'ai raconté que ma maison était à côté du cimetière. Un conseil les jeunots, si vous voulez faire fortune, installez une baraque à frites à côté d'un cimetière, c'est le bon plan assuré ! sauf que, les moteurs diesels et les portières du claque, à 6 heures du mat' comme à 22 heures en période de canicule, c'est du pareil au même : ça fait CHIER ! et quand Ginette rencontre Paulette qui a oublié son sonothone mais qui n'en démord pas et tient à raconter tous les derniers potins du coin, pendant que Dédé s'emmerde dans la voiture dont il n'a pas coupé le moteur et où il écoute les infos sur le poste de radio à fond les ballons parce que lui aussi est dur de la feuille, ben là aussi ça GONFLE !

Mais ça, ça n'existe pas, pas vrai ? on est à la CAMPAGNE enfin ! et puis paraît que je suis complètement tarée, qu'il faut que je me fasse soignée, et que je ne supporte rien.

Ouai, ça doit être tout ça, en effet...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article