Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA COLOMBIERE

LA COLOMBIERE

ou l'Art de s'emmêler les pinceaux entre Atelier et Vie de famille

Silence !

Vous tous, les autres dehors, j'aimerai tellement que vous fassiez silence pour entendre ma voix.

Vous vous demandez pourquoi ? mais elle nous veut quoi, la folle ?

Vous mettre le nez dedans, tout simplement.

Remettez vous en question, et après on verra si vous avez le droit de vous défendre et de me jeter des pierres.

Combien parmi vous organiser régulièrement des fêtes avec vos potes, sans vous préoccupez ni de l'heure ni du bruit ? combien parmi vous peuvent jurer n'avoir jamais déranger les voisins lorsque vos potes un peu grisés se sont cassés de chez vous ?

Quand vous rentrez le soir, vous faites attention à pas faire trop de bruit en claquant vos portière de bagnole ? non, parce que vous y pensez pas. C'est pareil pour la porte de la maison, celle de l'appartement, voire même les portes intérieures, et tous les bruits que la vie quotidienne génère, sauf qu'en journée ça passe à peu près, et que c'est insupportable quand vous vous vivez la nuit.

Quand vous passez quelque part, toujours avec votre sacro sainte caisse, vous pensez à baisser le son de votre sono embarqué ? non, parce que vous êtes "chez vous", dans votre caisse, et que vous n'y pensez pas. Pis ça dure pas longtemps, pas vrai ? vous ne faites que passer...

Quand vous discutez sur votre balcon, le soir à point d'heure parce qu'il fait trop chaud pour dormir, ou que vous avez organisé "votre seule soirée du mois", vous y pensez, aux autres ? non, parce que vous avez le droit de.

Quand vous parlez dans votre super méga hyper fun téléphone à la con, en faisant comme si vous étiez seul au monde, vous vous demandez souvent si vous dérangez ? non pas vrai, et si vous le faites, vous vous déculpabilisez vite fait bien fait en décrétant que vous avez le droit de faire ce que vous voulez et que vous emmerdez le monde entier.

Quand vous vous êtes mis à insulter le voisin qui venait demander de baisser un peu le son, tout ce que vous avez retenu, c'est : "d'abord je fais ce que je veux. Et ensuite il avait pas à me parler sur ce ton, c'est pas ma mère".

Sauf que, votre mère, elle a jamais osé vous parler sur ce ton parce que vous l'auriez envoyé boulée de la même manière, et que votre mère, elle vous a pas mis assez de claques quand vous étiez gosse.

Sauf que, la demande d'autrui, vous la traduisez comme "autorité mal placée" et vous la refusez en bloc, et que chez vous, c'est vous qui commandez, parce que vous avez le droit et que l'autre, il est pas chez lui.

Sauf que l'autre, chez lui, vous l'emmerdez aussi. Alors ? peut être que c'est compréhensible qu'il soit un brin énervé, le voisin, quand il vient vous voir ? et puis on est pas tous des champions du calme olympien, on gère comme on peut. Et parce que vous êtes plus grande gueule, vous vous auriez le droit de faire chier le monde mais lui il doit la fermer.

Pas moyen de comprendre que vous représentez une agression, hein ? vous êtes si gentil, si sympathique, tellement serviable et avec une moralité à toute épreuve ?

Oh je vous vois venir : et toi, tu te prends pour qui ?

Ben tu vois, garçon, tu vois fillette, ce blog, il est à moi, j'insulte personne, je vous traite tous d'inadaptés sociaux, de sales mioches mal élevés à qui on n'a pas appris les règles de base, et comme je suis chez moi ici, ben je fais ce que je veux.

T'as de la chance au final, tu peux cliquer pour aller ailleurs quand tu veux, et en plus je fais pas de bruit. T'es toujours mieux lotti(e) au final que toutes les personnes qui sont emmerdées jour et nuit, comme moi, par des abrutis de la vie sans foi ni loi.

Des gens qui, comme toi, font ce qu'ils veulent, quand ils veulent, et qui comprennent pas qu'on doive tous vivre au même endroit, et qu'on a pas le choix, qu'on aimerait bien être millionnaire, pour se barrer et vous laisser entre vous, vous détruire les neurones à force de bruit et de débilité.

C'est marrant aussi, parce que le jour où on se rebiffe, vous le prenez très mal en plus. Pas d'humour. Moi j'entends à longueur de temps : "j'ai le droit de vivre". Oui, moi aussi.

J'ai le droit de demander le silence, et pas que quand je veux dormir (si si si, renseignez vous correctement, ce n'est pas une légende urbaine, j'ai le droit de dire stop au bruit, même s'il n'est pas 22 heures, même si c'est la première fois que vous faites du bruit, même si vous ne faites qu'une teuf par mois... les légendes urbaines de ce type, c'est vous qui les entretenez bande d'ignares incultes !).

Perso je suis au bord de la ruine, financière et psychologique, parce que je suis ce qu'on appelle en terme médical "une personne hypersensible au bruit". Marrez vous si vous voulez mais ça existe. On est environ 15 à 20 % de la population à souffrir de ce type de symptôme.

Le premier crétin qui répond "fais toi soigner", je me marre : j'aimerai bien mais y'a pas de traitement. Dans mon cas, à part devenir sourde, ce qui serait une bénédiction, j'ai pas de solution. J'ai dépensé beaucoup d'argent à faire isoler ma maison, à changer les fenêtres, à me faire faire des bouchons d'oreille sur mesure pour pouvoir dormir, et à jardiner avec un casque anti bruits mais ça ne fait pas tout. Quand à travailler à domicile, ce qui est mon cas, c'est devenu impossible.

Et quand je craque, quand je demande du calme (comme manger sur ma terrasse dimanche midi sans avoir à subir la sono d'un ado qui tape déjà dans son ballon et qui me fait chier mais à qui je peux rien dire, du moins pour ce qui est de taper dans un ballon vu que, un terrain de sport, ça sert à ça), et ben non ! lui demander de couper sa musique est une agression terrible incompréhensible inacceptable déplacée honteuse scandaleuse inimaginable et purement anticonstitutionnel : "je vous obéirai pas, vous êtes pas chez vous, je fais ce que je veux, c'est pas vous qu'aller me dicter ce que je dois faire, et pis vous êtes pas ma mère d'abord !".

Heureusement, petit con. Quand je pense que ce gosse est pompier volontaire, je me demande où on va quand même...

Quand à discuter du problème avec les parents, c'est même pas la peine. Pourtant j'ai été assez conne pour le tenter.

Finalement, la France entière doit être remplie de vieux cons (comme moi) et d'adolescents qui supportent pas la moindre contrainte, même quand ils sont parents.

J'ai tourné le problème dans tous les sens. Si je vais au bout de mes convictions, je risque gros, en terme de représailles physiques et sociales, si je ferme ma gueule, je meurs à petit feu mais quelle importance devant le droit de la majorité ?

Pourtant quand je lis dans la presse que le problème du bruit est de plus en plus important, que beaucoup de gens souffrent devant l'impuissance des autorités et l'indifférence des autres, que beaucoup de personnes sont sous traitement médicamenteux, qu'ils ne savent plus quoi faire pour survivre, que leur santé est en péril, mais que personne ne fait rien, si ce n'est tenté de soigner les conséquences ?

Combien d'entre vous souffrez de la même manière ? dans l'indifférence générale ? sous quel prétexte ? Les colonnes des faits divers sont remplies de ces histoires là. On arrive presque à se convaincre que c'est pire ailleurs, n'est ce pas ? pour se donner du courage et tenir encore, mais tenir jusqu'à quand ?

Le problème est le même dans les villes, dans les cités, dans les villages, dans les campagnes. Chacun ne sait voir que midi à sa porte et tout le monde se fiche des conséquences. C'est l'ensemble de notre société qui se casse la gueule à cause de tous ces petits détails pourris.

Le bruit n'en est qu'un parmi d'autres...

Si quelqu'un a une solution, qu'il en parle, mais en ce qui me concerne, je n'ai plus le courage de me battre, hormis pour moi même, et le prix est très lourd à payer.

Va falloir que je me remette aux arts martiaux, moi.

Ou au stand de tir...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article