Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA COLOMBIERE

LA COLOMBIERE

ou l'Art de s'emmêler les pinceaux entre Atelier et Vie de famille

Vive la Musique !

Bonjour tout le monde,

je voulais aujourd'hui apporter ma petite pierre à l'édifice ô combien futile sur le sujet de la Fête de la Musique...

Alors oui, c'était la semaine dernière, mais je n'ai pas eu le temps de rédiger quoi que ce soit, faut dire que j'ai mis la semaine pour m'en remettre... tellement j'ai rigolé de toutes les couleurs...

L'épisode le plus poilant étant le dernier de la journée, soit dimanche en fin de journée, aux alentours de 21 heures...

Tout à coup, dans le calme relatif enfin revenu, parce que la boîte de nuit de la commune (dont je tairais le nom parce que je tiens pas vraiment à leur faire de la pub vu comme elle enquiquine tout le monde et le mot est faible) avait ENFIN coupé sa sono (intérieure mais qu'on entendait jusqu'à l'église du chef lieu tellement elle a fini par être extérieure), j'entends des cris et des altercations.

Bon. Pour le coup, pas besoin de souffrir d'hyperacousie pour comprendre que les lascars en question étaient fin saoûls et qu'ils se chamaillaient comme des gamines.

A les écouter, j'ai cru qu'ils avaient dans les quinze ans, même si je me suis dit qu'ils avaient quand même de sacrés poumons pour des adolescents.

Je suis allée proposer mon aide quand y'en a un qui a fini en travers de ma haie. Je voulais pas trop qu'il atterrisse quelques mètres plus bas pile dans mon bassin, c'est pas bon pour les poissons rouges. Et là, surprise et hilarité : si mes poissons sont rouges, eux étaient de toutes les couleurs ! Et pas que parce qu'ils avaient bu... je sais pas ce qu'ils avaient fait de leur journée, mais ils avaient crépi la rue et le mur du cimetière de poudre colorée en mode Bollywood, en jaune, violet et vert (berk !) et il y en avait encore plus sur leurs personnes...

Quatre gamins de 20/25 ans, en train de se créper le chignon pour une histoire de fille, qu'un père vieillissant essayait tant bien que mal de charger dans la voiture pour ramener tout ce petit monde à bon port, partagé entre la colère blanche et la honte la plus sombre... drôle de contraste !

J'ai retrouvé le trousseau de clé de leur voiture sur le sol après leur départ. Finalement il y a un dieu pour les ivrognes : ils se seraient probablement tués en prenant la route tous seuls.

Le plus penaud avait des yeux magnifiques au milieu de son visage crasseux, et m'a dit qu'il avait mal au crâne. Tu m'étonnes ! Je lui ai conseillé de prendre de l'aspirine. Demain.

Et le mot de la fin pour le plus ivre du lot : "faut pas habiter la campagne M'dame si vous voulez être tranquille ! faut aller vivre en ville !".

J'ai ouvert la bouche pour une réplique cinglante mais à quoi bon ? D'abord il ne l'aurait pas comprise, et bourré comme il l'était, il l'aurait oublié le lendemain.

J'ai préféré en rire. J'ai ri pendant un moment.

Finalement ce fut très coloré comme fête de la musique !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article