Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA COLOMBIERE

LA COLOMBIERE

ou l'Art de s'emmêler les pinceaux entre Atelier et Vie de famille

C'est le printemps !

Depuis quelques jours, le printemps est là et bien là. Les températures sont encore fraîches, notamment la nuit et le matin, mais le soleil brille généreusement dès 11 heures et c'est un vrai bonheur que de rester dehors pour en profiter.

Malheureusement, ma situation n'a pas changé et je dirais même que les choses empirent un peu plus chaque jour, avec de nouveaux projets communaux et immobiliers à deux pas de ma maison : un agrandissement pharaonique de l'école doit se faire avant la rentrée 2022, le sens de la circulation autour de la maison est en train d'être modifié et devrait entrainer un afflux important de véhicules, de nouveaux immeubles sont en construction au chef lieu avec l'arrivée progressive de près de 500 nouveaux habitants dans les mois à venir... bref, mon petit village n'aura plus jamais la même allure et surtout, le peu de tranquillité qui subsistait péniblement va disparaître définitivement.

Mes projets n'ont pas changé : D.E.M.E.N.A.G.E.R

Plus que jamais, ils sont à l'ordre du jour. Il est impensable pour ma famille et moi même d'envisager de se projeter dans ce genre d'avenir que semblent vouloir nous imposer le nouveau maire et son équipe communale. Pour eux, il n'y a pas d'autres alternatives, le village doit se développer coûte que coûte, même si ça ne plaît pas à la majeure partie des habitants du chef lieu dont je fais partie.

Mais comme je vous le disais aussi ici, des projets, j'en ai notamment un qui me tient à coeur et que je finirais par concrétiser un jour, c'est sûr. Pour cela, il est dans l'ordre des choses de partir d'ici car j'ai besoin de terrain pour le réaliser, et un terrain qui soit dans une zone protégée, pas en plein lotissement avec un taux de gaz carbonique proche de celui d'une route nationale. Donc nous devons partir. Et en attendant des jours meilleurs point de vue financier, je ne baisse pas les bras pour autant et je commence ma reconversion personnelle, même si je ne suis pas encore inscrite dans une école ou un centre de formation, même si je n'ai pas droit à la moindre aide financière et même si je n'ai toujours pas déménagé.

Pour commencer à changer les choses et préparer mon avenir, il n'y avait pas mieux que ce beau début de printemps !

Alors malgré le bruit ambiant, les c*******ds qui continuent de faire demi tour dans ma cour quand ils se plantent de chemin, les hurlements des gamins de l'école à la récréation et les parasites qui squattent le skate park tous les après midis avec leur petit ballon de quand ils étaient enfants, je m'accroche et j'ai (re)sorti mes outils de jardinage.

J'ai souvent eu des velléités de jardin. Je ne vais pas me mentir, ni à moi ni à vous, mais je n'ai jamais été fichue de mener quoi que ce soit à terme. Parce que, les légumes et moi, on est fâchés, parce que ça coûte une blinde à acheter et surtout à abreuver, parce que je m'y prenais comme un pied, et parce que, pour finir, mes gamins n'aimant rien qui ressemble de près ou de loin à un légume ne m'ont pas vraiment donné envie de persévérer.

Et aussi parce que mes parents ayant un potager magnifique et la main (voire quatre mains à eux deux !) plus que verte, c'était finalement plus facile d'aller m'approvisionner chez eux !

Mais cette année, quelque chose a changé...

Je me rends bien compte que rester enfermée chez moi ne m'aidera pas à sortir de la dépression dans laquelle je m'enfonce un peu plus chaque année. Tout le monde me le dit, il faut que je sorte de chez moi. Sauf que je ne veux pas sortir de chez moi, je veux profiter au contraire de mon chez moi pour me ressourcer, me protéger et me permettre d'être plus forte pour affronter le monde extérieur.

Partir de la maison pour me promener sans but durant des heures ne m'intéresse pas.

Ce que je veux, moi, c'est avoir une maison, parce que je veux un jardin, j'ai toujours aimé être dehors, au contact de la végétation, j'aime gratter la terre, désherber, planter, organiser (ou pas !) mes plate-bandes, bref je ne suis pas née sous le signe du Taureau pour rien : la nature, c'est mon équilibre au fond, et je m'étais un peu éloignée de tout cela ces dernières années. Le fait que mes enfants grandissent et quittent petit à petit le nid familiale m'a fait réalisé un certain nombre de choses, et il était grand temps que je revienne à quelques fondamentaux indispensables à mon bien être.

Je n'obtiendrais pas le silence ici. C'est acté, c'est impossible à faire, et personne ne peut plus le faire d'ailleurs. C'est trop tard, les choses ont dégénéré et sont en train de dépasser tout le monde. La seule et unique décision saine que je pouvais prendre, c'est de ne pas me laisser plus longtemps que cela impactée par le bruit ambiant. Mais les techniques habituelles  ne fonctionnaient pas avec moi : faire du bruit à mon tour, écouter de la musique, mettre la télé pour couvrir les autres bruits... j'ai essayé plein de choses et rien ne fonctionne vraiment, mon cerveau continue de focaliser dessus et m'épuise physiquement à essayer de trouver une solution.

Alors j'ai décidé de joindre l'utile à l'agréable : puisque j'ai un projet de reconversion et puisqu'il faut que j'occupe mon corps et mon cerveau, que je me fatigue sainement pour pouvoir occulter ce qu'il se passe autour de chez moi, j'ai ressorti mes outils de jardinage pour me lancer dans un nouveau projet de jardin.

Mais plus de légumes !!!

J'ai décidé que je n'attendrais plus après le changement que je guette depuis des années et qui devait être le déclic pour nous permettre de changer de vie. Ce changement arrivera, c'est obligé, c'est certain, mais il nous est impossible de savoir quand. Donc en attendant, je passe à l'action et avec mes petits moyens, je prépare mon avenir. Ma formation me coutera très cher, financièrement parlant, mais en attendant, je peux apprendre toute seule un certain nombre de choses, sur le terrain, par la pratique, même à petite échelle, même si mon jardin n'est pas immense, même s'il est mal placé.

Ce sont mes enfants qui m'ont poussée sur la bonne voie, en me disant : "mais pourquoi attendre ?". En effet, je peux commencer plein de choses qui me seront très utiles pour plus tard. Et donc, depuis plus d'un trimestre, je potasse, j'étudie, je me fais des fiches instructives, j'apprends et je progresse. Et le soleil du printemps m'a plus que jamais motivée pour m'y mettre, d'un point de vue pratique.

C'est comme ça que depuis plusieurs semaines, mon mari me voit déambuler dans le jardin, à calculer, à métrer, à faire des repérages et des marques au sol. Après avoir étudié l'orientation du soleil, selon les saisons et les moments de la journée, après avoir fait des prélèvements dans le sol pour voir quelle tête avait la terre (je vous en reparlerais d'ailleurs !), après avoir étudié les différentes méthodes de cultures que je pouvais mettre en place à mon petit niveau, vu mes moyens physiques et matériels, je me suis lancée dans la conception d'un petit carré de jardin, que j'ai essayé de rendre le plus intime possible, pour ne pas avoir à subir le regard lourd de jugements de mes bobos de voisins.

Voilà mon nouveau projet, mon dernier bébé, et j'avoue que, pour l'instant, malgré les difficultés, les problèmes physiques que je rencontre (mon Dieu, que j'ai mal au dos depuis quelques semaines !), les calculs financiers et les choix stratégiques à faire, je m'accroche et le projet prend forme, petit à petit, à la seule vitesse que je suis capable d'avoir, à savoir... la mienne !

J'ai mal partout, je n'arrête pas de la journée, je peste contre le bruit ambiant qui me pollue mes moments de sérénité mais je m'accroche. Parce que, malgré tout ce qu'il se passe autour de la maison, je retrouve le plaisir des chants d'oiseaux, le bruit du vent dans les feuillages, l'odeur de la terre, et le bonheur de planter, de prévoir, d'anticiper et surtout... de me projeter.

Car enfin, j'ai un projet, une envie, une entreprise que je vais mener à bien, pour ma famille et moi même dans un premier temps, puis si le destin le veut bien, pour une démarche plus professionnelle et plus commerciale dans un second temps.

J'ai encore beaucoup à faire

D'abord, la météo, bien que clémente actuellement, ne m'autorise pas encore à tout planter. Je travaille principalement à l'obtention des plantes dont j'ai besoin, et ça passe par l'apprentissage des semis, la gestion de la terre, et les économies financières à faire pour me fournir les plantes rares que je ne trouve pas localement. Ensuite, je dois préparer la deuxième étape de mon projet (dont je vous parlerais plus tard, faut faire durer le suspens !) et pour cela, je dois mobiliser mes petites troupes pour faire du rangement dans le garage et les deux chalets bien encombrés actuellement et qu'il va falloir... désencombrer ! Puis je passerais à la troisième étape, qui sera celle des mélanges et des expérimentations.

Selon comment les choses auront évoluer entre temps, je pourrais alors me consacrer à ma formation officielle, afin de devenir une professionnelle accréditée, et je pourrais peaufiner l'étape du marketing, du packaging et de la commercialisation de mes produits transformés.

Mais ça, ce sera pour plus tard, même si j'ai déjà une idée très précise de ce que je veux proposer au bout du compte, puisque, de mes produits finis dépendent mes plantations actuelles. Il a bien fallu donc que j'étudie, que j'ingurgite des connaissances précises et scientifiques, afin de savoir où j'allais et d'où je devais partir.

Vous ne comprenez rien à ce que je raconte, n'est ce pas ?

Pas grave, c'est fait exprès ! Je vous raconterais tout ça au fur et à mesure que les choses se dérouleront, ces articles ayant également pour but de me servir de fondation pour la construction de ma soutenance que je devrais obligatoirement réaliser lors de ma formation professionnelle.

Je prends juste un peu d'avance sur le timing et j'en profite pour vous parler de choses qui me tiennent réellement à coeur et qui vont peut être parvenir à me faire changer de vie, ou du moins, à l'enrichir d'une manière extraordinaire, bref à m'apporter ce petit truc en plus qui me manque terriblement, à savoir l'envie de me lever le matin et de savoir enfin ce que je dois faire.

Je vous donne rendez vous dans les semaines à venir, pour suivre au plus près toute cette aventure qui, je l'espère, sera intéressante et pleine d'apprentissages passionnants.

Et comme on ne se refait pas, que je reste une artiste ollé ollé un peu bizarre, si vous voulez un indice, regardez donc dans quelle nouvelle catégorie je range ces articles !

A très bientôt,

Amicalement,

Isa

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article